Le dogue de Bordeaux a un corps très athlétique avec une corpulence massive. Pourtant, sa santé est un peu fragile et il nécessite plus d’attention que ce qu’on pourrait penser de prime abord. Différentes maladies, pathologies et infections peuvent l’atteindre. Même s’il est toujours conseillé de contacter un vétérinaire ou un spécialiste en cas de problème, il est toujours intéressant de s’informer pour mieux prévenir les maladies si c’est possible. Voici un petit article pour en parler.

Les problèmes fréquents chez le dogue de Bordeaux

Le dogue de Bordeaux peut être victime des maladies courantes chez tous les chiens, mais d’autres maladies propres à cette race sont aussi possibles. Pour les pathologies, il y en a pas mal. Tout d’abord, à cause du poids conséquent de ce dogue français, les problèmes cardiaques sont fréquents. Pour éviter de tels problèmes, il est mieux de bien contrôler l’alimentation et l’activité de ce chien. Par ailleurs, le dogue de Bordeaux peut parfois être gourmand mais quand même, il faut faire attention à la quantité d’aliment qu’il doit engloutir. Une telle chose parce que son grand appétit risque de lui tordre l’estomac. Le mieux c’est de le nourrir de manière répartie : deux fois par jour ou plus. Il est aussi conseillé de réduire son activité après le repas et une heure avant. Ensuite, pour avoir une croissance normale, les jeunes dogues de Bordeaux doivent avoir assez de force pour une constitution digne de sa race. Pour cela, les fatigues excessives sont à bannir. On peut aussi parler de la dysplasie des hanches, une malformation pouvant être due entre autres par des déplacements fréquents par l’escalier. Outre ces problèmes fréquents, un dogue de Bordeaux peut aussi être victime de bronchite, de toux de chenil, de rage ou encore de cystite, parmi d’autres maladies. Par ailleurs, cette race est parfois prédisposée à des maladies génétiques dont l’hyperkératose héréditaire des coussinets.

L’hyperkératose héréditaire des coussinets et les tests ADN

L’hyperkératose héréditaire des coussinets est une prolifération des cellules épidermiques. Elle se manifeste par un épaississement et un endurcissement des coussinets. Généralement, elle atteint les quatre pattes du dogue de Bordeaux. Pouvant arriver de manière précoce vers le quatrième mois, cette maladie génétique entraine une certaine incommodité dans le déplacement chez les chiots dogues de Bordeaux. Et si les éleveurs ne font pas attention, ils pourront reproduire des dogues atteints. Heureusement, il est tout à fait possible à l’heure actuelle de faire des tests ADN pour éviter la reproduction des chiens porteurs du gène qui conduit à cette maladie. Le test le plus fiable pour la dépister est le HFH-B ou Hereditary Footpad Hyperkeratosis. Ainsi, il est conseillé aux éleveurs de demander le résultat d’un tel test lors de l’acquisition d’un jeune chiot dogue de Bordeaux ou avant l’utilisation d’un étalon pour une reproduction. Car dans la mesure où les maladies génétiques ne sont pas prises en compte par l’assurance santé animale, le test est une bonne garantie pour le futur maître ou l’éleveur.

 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

/* ]]> */